La Pie bavarde
décembre 28, 2017
Le Chamois
mars 26, 2018

Nom latin : Sus crofa

Dénomination : Femelle = laie, Jeunes = marcassins (pelage mimétique, constitué de rayures alternativement claires et foncées) puis bêtes rousses, et bêtes noires après 1 an.

En période estivale, on peut distinguer facilement le sexe des adultes. Chez le mâle de plus d’un an, le pinceau pénien est bien visible. Chez les laies suitées, les mamelles développées sont souvent observables. L’importance des canines permet cependant de reconnaître les mâles adultes. En effet, alors que Les crochets d’une laie âgée ne dépassent guère contrairement à sa mâchoire inférieure (de plus de 2 à 3 cm).

  • Poids : Les mâles peuvent atteindre 150 kg ; les femelles plus légères de 50 à 90 kg
  • Indices de présence : Vivant exclusivement la nuit, Animal aux moeurs principalement nocturnes, le sanglier est difficile à observer en nature. Plusieurs signes attestent sa présence :

Les laissées : excréments du sanglier adulte formés de plusieurs éléments de 5 cm de diamètre associés entre eux, plus ou moins agglomérés.

La souille : lieu humide où le sanglier se vautre pour se débarrasser des parasites externes. Après ce bain, il aime se frotter contre les arbres proches sur lesquels il laisse des traces de boue.

La bauge : gîte où l’animal se repose de préférence dans les zones les plus fourrées et bien exposées.

La coulée : sentier plus ou moins prononcée qui résulte du passage répété des animaux, sur lequel la végétation peut avoir partiellement ou totalement disparu.

  • Alimentation : Le sanglier est l’hôte des forêts, mais aussi des milieux denses et fermés dans lesquels il peut se cacher. Par exemple : marais, roselière, maquis, landes… Il fréquente aussi, pour s’y nourrir, les cultures agricoles, blé et maïs en particulier. Il affectionne les fruits forestiers : glands, faines, châtaignes, baies…
  • Mœurs et reproduction : Les sangliers vivent en population sédentaire occupant un espace variable de 2 000 à 15 000 hectares. Les laies sont souvent par 2 ou 3 alors que les mâles deviennent solitaires après 1 à 2 an. La maturité sexuelle est atteinte vers 10 mois chez les mâles (35 – 40 kgs) et chez la femelle dès que le poids de 40 kgs est atteint (8 à 12 mois).La période de rut habituelle est novembre – décembre. Le mâle est polygame, les poursuites entre mâles sont nombreuses, les saillies discrètes et rapides. La gestation dure environ 4 mois. La laie s’isole pour mettre bas. Elle construit un nid élaboré de végétaux appelé chaudron. 2 à 6 jeunes composent la naissance. Ce n’est que 3 à 4 semaines plus tard que la laie rejoint la compagnie dont elle est issue. Pendant les 3 mois que dure l’allaitement, les laies sont en repos sexuel. Les marcassins sont sevrés en juillet – août.