La Nette rousse
27 mars 2018
La chasse à l’arc
27 mars 2018

Foulque macroule

Foulque-Macroule
La foulque macroule est d’assez forte taille, presque toute noire à l’exception de son bec blanc et d’une plaque frontale appelée écusson. Ses yeux sont rouges. Ses pattes, assez longues, sont verdâtres. Elle passe son temps sur l’eau, plonge beaucoup mais ne s’éloigne pas de la terre ferme. Espèce migratrice, de nombreux oiseaux sont sédentaires en France. La Camargue et le lac du Bourget sont des sites d’hivernage importants. C’est une espèce grégaire. Elle s’alimente principalement de plantes aquatiques et terrestres. Elle mange aussi des proies animales comme des mollusques et des insectes. Elle peut plonger jusqu’à 4 m pour chercher sa nourriture. La reproduction s’effectue au printemps. La femelle dissimule son nid dans la végétation en eau peu profonde. Elle pond de 6 à 10 œufs qu’elle couve pendant 21 jours.

Avec son bec plat en forme de spatule, le souchet est certainement l’un des canards les plus faciles à reconnaître. Il fréquente les marais, prairies humides, zones humides artificielles telles que gravières, stations de lagunage. En hiver on peut l’observer sur les côtes. Il migre dès les premières gelées pour rejoindre des zones tempérées ou chaudes. Son bec en forme de spatule est particulièrement adapté pour tamiser et prendre des aliments. Placé à proximité de l’eau, le nid est garni de plumes de la femelle appelé duvet. Celle-ci pond de 8 à 12 œufs entre avril et mai dont l’incubation dure 22 ou 23 jours. Le mâle défend encore son territoire plusieurs jours après la ponte.

Canard souchet

Canard-Souchet

Bécassine des marais

Becassine-des-Marais
Les Bécassines sont de petits limicoles qui fréquentes les marais, les tourbières, les prairies humides et les queues d’étang d’Auvergne Rhône-Alpes. Elles sont présentes en période de migration au printemps et en automne ainsi qu’en hivernage. Quelques rares couples de Bécassine des marais nichent dans les marais d’altitude du Massif Central. Ils sont les plus méridionnaux, l’essentiel de la population nicheuse étant présente dans les pays scandinaves et la Russie.

En été, le mâle a, le poitrail rose, la tête rousse avec le dessus jaune. En hiver, il ressemble plus à la femelle qui est uniformément brune avec le bec gris bleu foncé. ll fréquente les estuaires et les baies sur le littoral mais aussi les grands lacs et les marais de l’intérieur. En période de reproduction, il préfère les tourbières et les marécages. L’hiver, il est très grégaire. Les groupes importants se dispersent le soir pour aller se nourrir sur les prairies humides ou les herbiers immergés. C’est un oiseau migrateur. Il se nourrit plutôt sur le sol que dans l’eau et consomme principalement des végétaux qu’il peut trancher facilement grâce à son bec puissant. Le nid est construit à même le sol avec des herbes sèches, le fond est tapissé de duvet. La femelle pond 7 à 10 œufs blanc jaunâtre ou olivâtres, Elle les couve seule pendant 25 jours. Les jeunes la suivront dans l’eau peu après l’éclosion.

Canard siffleur

Canard-Siffleur

Canard pilet

Canard-Pilet
Le canard pilet est facilement reconnaissable à son long cou et à sa queue noire et crème en pointe. En période nuptiale, le mâle a la tête brune, le cou orné d’une ligne blanche qui remonte en pointe et le corps gris. La femelle, brune et beige, a un plumage plus discret. Il vit toujours près de l’eau et dans l’eau : étangs, estuaires, lacs, marais. En hiver, on l’observe plus facilement près des côtes. Il est à la fois diurne et nocturne. La mue se fait d’un coup après la période nuptiale, cela l’empêche de voler pendant 4 semaines l’été. Il est migrateur. Il se nourrit au sol, dans l’eau peu profonde, dans les prés inondés ou dans les champs cultivés. Il y cherche des graines, des herbes mais aussi des petits mollusques, des crustacés et des insectes aquatiques. Entre avril et juillet, la cane pond 7 à 11 œufs dans une cavité du sol cachée par la végétation. La femelle couve seule 22 à 25 jours. Les canetons éclosent et quittent aussitôt le nid : ils sont nidifuges.

La sarcelle d’hiver est le plus petit canard d’eau douce d’Europe. Le plumage nuptial des mâles est très prononcé. Elle fréquente les marais, les rizières, les étangs mais aussi les petites rivières, les mares et même les lacs de montagne haute. On la croise également sur les côtes, les estuaires et les vasières. Très sociable, elle vit toujours en groupe afin d’échapper plus facilement aux prédateurs. Elle quitte les plans d’eau à la tombée de la nuit pour aller se nourrir dans les marais peu profonds. C’est une migratrice partielle, très sensible au gel. Elle se nourrit en marchant ou en nageant. Elle filtre la vase avec son bec. Son régime est omnivore : graines, lentilles d’eau, mollusques, crustacés et petits insectes constituent l’essentiel de son alimentation. Elle niche à terre bien cachée dans les marais et tourbières. Dans son nid garni de duvet, la femelle dépose entre 8 et 11 œufs qui sont couvés pendant 25 à 30 jours. Les canetons sont nidifuges, ils quittent le nid rapidement après l’éclosion.

Sarcelle d'hiver

Sarcelle-d-Hiver

Sarcelle d'été

Sarcelle-d-ete
La sarcelle d’été est d’une taille légèrement supérieure à la sarcelle d’hiver. Elle fréquente les marais inondés, les baies peu profondes des lacs, les bords des calmes rivières. Elle se cache dans les roseaux et dans les hautes herbes. En migration, elle aime se reposer sur les zones côtières. Elle vit en groupe et peut fréquenter d’autres canards. C’est la seule espèce de canard qui quitte totalement notre continent en hiver pour l’Afrique du Sud et le Sahara. Elle se nourrit à la surface de l’eau, de jour ou de nuit tout en nageant. Son régime alimentaire est varié : bourgeons, feuilles, joncs, crustacés, mollusques et même sangsues. Elle peut capturer des insectes en survolant le plan d’eau. Les couples se forment en février-mars. La ponte intervient dès le début du mois de mai avec une dizaine d’oeufs clairs dans une cuvette d’herbe remplie de duvet. L’incubation dure entre 21 et 23 jours. Les canetons sont nidifuges : ils quitent le nid très tôt après l’éclosion.