Buse variable
décembre 28, 2017
Le Lapin de garenne
décembre 28, 2017

Nom latin : Cervus elaphus

Désignation : Mâle 0-6 mois = Faon / 6mois-1 an = Daguet / adulte = Cerf // Femelle 0-1an = Faon / 1-2ans = Bichette / adulte = Biche

Le cerf est le plus grand ongulé sauvage vivant dans les forêts françaises. Famille des cervidés comme le chevreuil, le mâle porte des bois qu’il perd tous les ans. Son pelage est brun rouge en été et devient brun foncé en hiver.

Noms Age adulte Hauteur au garrot Longueur Poids Durée de vie Etendue du territoire
Mâle Cerf 5-6 ans 1,10 à 1,30 m 2,00 à 2,20 m 170 à 250 kg 12 à 18 ans 2000 à 5000 ha
Femelle Biche 3-4 ans 1,00 à 1,10 m 1,70 à 1,90 m 90 à 130 kg

Les cerfs perdent leurs bois entre février et avril ; les plus jeunes les perdent en dernier. Ils repoussent immédiatement et la minéralisation des nouveaux bois est rapide. Ils sont recouverts d’un tissu appelé « le velours ». La pousse se termine en juillet-Août par la frayre ou chute du velours, et la coloration. Pour un milieu donné, le développement des bois dépend surtout du potentiel génétique du cerf. Il existe une grande variabilité dans la forme, le nombre d’andouillers et la longueur des bois. Remarque importante, le nombre de cors ne correspond pas précisément à l’âge d’un animal, un cerf de 5 ans peut porter « 10 cors ». Malgré sa taille, le cerf est un animal discret.

  • Les principaux indices de présence :

Les empreintes, doigts pointus et talon rond bien marqué ;

La souille, flaque humide où les animaux se roulent pour nettoyer leur peau des parasites

Les excréments, appelés « fumées », déposées par paquets

L’abroutissement dense et répété sur des essences tendres 

L’écorçage est le seul fait du cerf

Les bois chutés sur le sol, notamment au printemps et en été.

Le cerf est une espèce sociable. Il vit en hardes aux effectifs importants. La hiérarchie y est marquée. Durant la journée, cerfs et biches restent confinés dans les peuplements fermés. Du crépuscule à l’aube, ils fréquentent des zones plus ouvertes où ils s’alimentent abondamment. Les besoins énergétiques du cerf sont maximum entre avril et septembre, minimaux entre novembre et mars. Le régime alimentaire se compose généralement d’une majorité de plantes herbacées.

  • Reproduction : la maturité sexuelle est atteinte vers un an et demi chez les deux sexes, très polygames, les cerfs entrent en rut dans l’ordre de leur âge, les plus vieux d’abord. Le rut a lieu entre début septembre et mi-octobre. Le cri du mâle constitue la manifestation la plus caractéristique de la période de reproduction. Le vocable « brame » désigne d’ailleurs à la fois, l’époque du rut et le cri du cerf. Le brame est un langage : les cerfs se jugent et se jaugent par la voix. Les mâles défendent des secteurs précis (place de brame) qu’ils démarquent par l’arrachage de végétation. Certains combats, quelques fois mortels s’engagent. Une fois la biche fécondée, la gestation durera 8 mois et met bas 1 seul faon. Les naissances s’étalent de la fin avril à début juillet. Pesant environ 8 kgs à sa naissance, le faon peut se déplacer au bout d’une demi-heure. L’allaitement dure entre 4 et 6 mois. En fonction des milieux, la survie des jeunes peut aller de 60 à 90 %. Suivant la condition physique, la gestation est observée chez 10 à 80 % chez les bichettes et 80 à 90 % des biches. Le taux annuel d’accroissement d’une population de cerf est environ de 30 %.
  • Les causes de mortalité principales : la prédation naturelle sur les jeunes animaux (lynx, loup, chien errant), les collisions automobiles, les blessures dues à la chasse.

Les comptages : brame, phare, etc selon les départements

Par exemple, dans le 73 : Au cours des mois de mars et avril, des équipes constituées de chasseurs et de professionnels parcourent les vallées la nuit en voiture et à l’aide de phares, recensent les populations de grands cervidés.

Cette technique de comptage fait l’objet d’autorisation préfectorale. Elle permet de fixer au plus juste les plans de chasse.

À cette époque, les animaux descendent en fond de vallée et se regroupent, attirés par la repousse de l’herbe après la période de disette hivernale.